JUILLET 2018

Réformons gaiment ! 

Allez zou ! Cap direct sur Juillet sans passer par la case fin Juin ! 

J'suis un malade ! 

On peut dire que j'ai sauté à pieds joints sur Juillet comme Macron sur les acquis sociaux ! Ou doit-on parler, le concernant, d"acquis soucieux?"

Parce que ça a vraiment l'air de lui faire du souci, "le pognon de dingue" gâché dans le puit sans fond de la misère, de lui tenir à coeur, d'expurger la nation de tout ce "bordel à pauvres gens" !  Allez, pouf, pouf, un coup de faubert que toute cette merde poussièreuse en haillons s'en aille sous le tapis des fraudeurs fiscaux  ! 

Juste comme ça, les "aides à la pauvreté" en France, c'est 22 milliards d'€.

L'ensemble des milliardaires français ont vu leur fortune globale augmenter de 41 milliards d'€ en 2017 !

"L'optimisation fiscale", dont notre cher Président a rappellé que c'était légal, vachement plus que de toucher le RSA, c'est entre 60 et 80 milliards d'€. 
Autrement dit, le fric que cachent, que dis-je, que volent, à la nation,  ces messieurs dames les nantis, c'est 4 fois ce que les aides aux pauvres ! 
Il a raison, Macron : On a mis un pognon de dingue pour les riches, et ça marche ! Ils sont encore plus riches ! 

Alors qu'est ce qu'il vient faire chier les pauvres, ce gouvernement de merde !

Ah ben oui, je suis grossier, ça m'arrive! 

Quant à repousser les annonces du plan "pauvreté" pour cause de demi-finale de foot, je l'avoue, j'en suis tombé sur le cul ! 

11 gonzes surpayés comme c'est pas permis, dont la plupart planquent leurs monceaux de fric dans des paradis fiscaux, vont peut-être aller en demi ( c'est fait, depuis que j'ai écrit ce misérable pamphlet) et, du coup, les pauvres gens attendront que sa Majesté soit remise du résultats des demi -finales pour connaître l'intensité de sa rage à piétiner le peu de droits qu'ils ont encore ?

Ben, du coup, j'espère que les bleus vont gagner, sinon, l'autre machin, tout rouge de rage,  est capable de hargneusement taper du pied en faisant grrr-grrr avec sa bouche régalienne et de se venger sur les pauvres parce que , merde, faut bien que quelqu'un paye le train de vie du monarque, sa vaisselle, ses congrés versaillais, sa piscine, ses déplacements, ses gardes du corps, les robes Vuitton de la gisquette au Président, dite permière dame. 

Première dame!!! Non, mais sans déconner, qu'est que c'est que ces conneries? Première dame, c'est zéro au Judo, d'abord! Ouais, je sais, c'est pas "dame" mais "dan", je m'en fous, j'écris ce que je veux d'abord ! 

Moi,  je pense que l'infirmière qui s'est occupé de ma mère en ses derniers instants mérite vraiment, elle, une appellation particulière. Mais, la Bri-bri, à part madame Macron, je ne vois pas comment l'appeler ! 

Bon, je m'énerve, je m'énerve, mais tout ça, ça fait augmenter ma tension, ma température corporelle, la rougeur de mon front, mais pas avancer la mise à jour ! 

Allez, go! 

Ou en étions nous le 28 juin? Ah oui. Ormos Kerveli. 

Vive les allemands

OUi, vive nos copains allemands LIsa et Joachim, recontrès le funeste été dernier, déjà à Kervei. 

Oui, vive eux, d'abord parce qu'ils ont pris notre zoli Trollounet en photo, lors de l'arc en ciel de l'aprés orage du 26 juin :

Ensuite parce qu'ils nous ont dit " On adore la Grèce ! Quand on pense à ce que l'Europe en général, et l'Allemagne en particulier, leur impose, on a honte! "

Nous c'est eux et leur mignon vieux petit cata qu'on adore:

Le jeudi soir, 28 juin, ils sont venus manger ce que vous venez juste de voir dans le diaporama ci-dessus. Ils sont trop choux! 

A propos des photos d'arc en ciel, vous vous souvenez sans doute de cette belle photo en Hune de la semaine dernière :

Sur la photo, c'est un cata de 54 pieds. Y'en avait deux au mouillage. Ce sont des catas de loc, disponibles à la marina de Samos pour la modique somme de 12000€ la semaine ( Hotesse et skipper non-compris.  Non, je n'ai pas mis de zéro en trop!) 

Et comme j'avais fait une belle série de photos, j'ai tout mis sur une clé USB, histoire d'aller les offrir à l'équipage...

Bon, on va encore dire que j'ai mauvais esprit ( c'est pas toujours faux!) , mais, ce qui s'est passé ne m'était jamais arrivé. 

J'ai pris l'annexe avec ma clé autour du coup et je suis arrivé derrière le cata en disant, en anglais : " bonjour, j'ai fait de belles photos de votre cata sous l'arc en ciel d'hier. Je suis venu vous les offrir!" 

Ils étaient environ 8 assis dans le carré. h

Est ce ma barbiche et ma djellaba qui les ont dégoûtés, mais ils ont levé la tête vers moi...et..rien.... Même pas bonjour, rien. 

Alors, j'ai répété, en ajoutant: "C'est gratuit, hein, c'est un cadeau!" 

Toujours aucune réaction. J'ai dit, toujours en anglais : " Bon, vous n'en voulez pas, alors? tant pis! "

Ben merde alors ! Je le fais souvent, ça, de prendre des photos des bateaux au mouillage quand la lumière est belle et d'aller les offrir  Jamais on ne me les avait refusé ! Même, en général, on me dit merci ! 

Mais là...Chiotte alors ! 
Et j'ai fait demi-tour, en sussurant, je l'avoue, en français bien de chez nous,  un "bande de connards" tant j'étais dépité qu'on boude ainsi mon offrande !

Bref, les gros catas, c'est des gros cons, sauf nos amis de Co-errance et de Dourler. NA !

Ouais, il est remonté du matin, le  Titi ! 

Nota : Les "moyens catas" ne sont pas concernés par cette affirmation délibérément généralisatrice et totalement subjective: 

Donc, chers Deber, Maulen, Lehuiné, inutile de protester! 

La suite dans la journée. 

Si, si. 

.....

Ah ben finalement, non, non ! 

Parce qu'il est déjà 19h00 et qu'on est attendus à l'apéro ! 

Demain ! 

Si, si.

La famille "Dourler"

Oh bou diou, j'étais bien énervé hier !

Et comme il ne s'est rien passé de spécial cette nuit, c'est toujours le cas ce matin. 

Donc, nous sommes toujours à Kervéli. 

Et le samedi 30 juin , Véro et Jean-phi, après nous avoir emmené Mardi sur le "toit de Samos", sont revenus goûter aux embruns, en compagnie de leurs deux (très grands) enfants, j'ai nommé :

Jean-louis,30 ans hier,  coté Véro

Et, coté Jean-Phi, Valentin, 20 ans aux prunes

Ils sont bien chouettes, ces deux mômes. On va dire qu'ils ont de qui tenir !

Comme vous pouvez le constater, on a dégourdis ces gamins, question marine.

Et les voiles du Troll, par la même occasion, qui commençaient à se demander si elles allaient, un  jour, revoir le soleil.

Evidemment, ces deux chenapans ont rejoints depuis la cohorte des ILS L'ONT BARRE

Ma foi, ils se sont fort bien débrouillés les petits. Aucune grosse faute, un bon toucher de barre, des sourires à n'en plus finir. 

De quoi passer une super journée et être très joyeux, comme çà :

Après les tauliers ont préparé les lasagnes maison ( bon, c'est surtout la taulière, mais là, c'est moi qui touille ) :


Depuis, cette adorable petite troupe a repris le chemin du Ch'nord....Bouh ouh ! A la prochaine, chers amis!  

Nota : J'aurais bientôt des photos du gros cata à vous montrer. 

Deber

Nos Dourlerois repartis et nos Allemands à la marina, allions nous crever de solitude,désespérés, tout seuls comme des cons dans cette baie immense battue par des flots vengeurs, après tant de félicité?
Que nenni, car, à l'horizon...


Et oui, c'est DEBER le retour, soit Patricia et Gilbert, agrémenté du passager-copain du moment, Gérard :


On est allé fêter ça à la taverna, en compagnie des moustiques !

Françoise vient de me faire gentiment remarquer que DEBER est arrivé AVANT la visite des Dourlerois et que ma chronologie est donc toute pourrie !

J'EN AI RIEN A BAAAAAAAAAATTRE ! Je laisse comme ça, m'en fous, m'en fous, m'en fous !

Et puis, du coup, ça suffit pour aujourd"hui passke CO-ERRANCE, qu'on a quitté hier matin à Leipsi, où y'avait aussi DEBER, qu'on a quitté aussi, du coup,  nous a rejoint, après un crochet par ARKI, pas dans notre crique au nord de PATMOS ou on croyait être seuls, mais où MAYAPI nous a retrouvé hier10mn après avoir pioché notre ancre, mais dans celle d'à coté, parce qu'on  n'a pas les mêmes noms sur nos cartes respectives, va passer  nous emmener en course à  PATMOS.

Et si vous n'avez rien compris, c'est pas grave, je m'y perds allègrement itou !

A demain


En finale

On est en finale, et ça m'emmerde!

Non, en fait, ça m'emmerde pas. Ca me contrarie.

Et ce qui me contrarie, c'est l'enthousiasme qui va avec. Surtout les gens qui sortent de chez eux pour "communier" !
Bon, on ne devrait pas ne pas se réjouir de la joie! C'est mal !
Mais j'ai toujours été en froid avec le foot. Je suis (j'étais) plutôt rugby.
Et je suis même obligé de reconnaître qu'il m'est arrivé de hurler devant le poste, de me traîner par terre à genoux en bavant assez peu élégamment, quand, adolescent,voire jeune adulte, puis même pré-vieillard (avec mal aux genoux en me relevant, du coup) un essai était marqué par l'équipe de France lors d'un tournoi des 5 nations (à l'époque).

Ma maman est restée fan de rugby jusqu'au dernier de ces jours. Comme quoi, les gènes...
Papa est plutôt foot, tendance raisonnable et très critique, toujours, sur son équipe nationale.

Mais, quoi qu'il en soit, nous n'avons jamais, en famille, sorti le champagne pour célébrer une victoire des bleus,que l'équipe soit de onze ou de XV joueurs!

Et jamais il ne m'est venu à l'idée de sortir dans la rue pour klaxonner ma joie, de me peinturlurer la tronche pour ressembler à un quelconque drapeau.

Jamais il ne me serait venu à l'idée d'aller acclamer les "héros"sur un quelconque champ!
Je dois être un épouvantable pisse-froid, en fait.

N'empêche, je suis contrarié.

Contrarié à l'idée que la cote du gouvernement en général, et de Macron en particulier va remonter, inéluctablement, bien que de façon brève, après cette victoire, une espèce de "cadeau bonux" de popularité. Car l'ivresse de la victoire balaye toutes les frustrations, tous les racismes: "Ouaiiiiiiiis, on a gagné! Chouette, on est tous des copains, des "blacks, blancs, beurs! Même hier, j'ai embrassé un syrien!et pris un malien dans mes bras. Et je l'ai serré sur mon cœur. Bon, aux européennes, si je ne m'abstiens pas, je voterais quand même pour le FN, hein! Parce que les arabes et les négros qui jouent au foot, ça va, mais les autres, c'est quand même mieux quand ils restent chez eux!"

Et si on gagne en finale, alors là, Jeune Jupi pourra même se déclarer "empereur" dans l'indifférence générale !

Car, là,le peuple sera dans la rue. par paquet de 500 000 . Oui, on va l'avoir notre "marée", mais, hélas, pas pour reprendre la Bastille!En tout cas, pas cette fois-ci!

Bordel de merde! Chiotte ! vingt cinq fois cinq cent mille divisions de nom de dieu de bon dieu!
Je sens qu'elle va me contrarier grave, la vague humaine et bigarrée ! Je sens que je vais mal le prendre, le mascaret des adorateurs de vainqueurs!

Apparemment, le peuple ne se déplace pas en dessous d'une demi finale. Le peuple ne se déplace pas pour une broutille type "droit du travail" ou "cette connerie de "La SCNF doit rester publique" ou cette imbécillité de " non, l’hôpital n'a pas à être rentable ! Juste efficace!"

Et j'ai bien peur qu'il ne se déplacera pas non plus pour défendre son système de retraite, pourtant national aussi.

Jean Jaurès disait, à peu près : "A celui qui n’a plus rien, la patrie est son seul bien" et je comprends. Je comprends et je déplore. La patrie, c'est le groupe dans lequel il est aisé de se reconnaître. Et quand on n'a plus rien, on peut faire soit partie du "groupe des pauvres", ce qui me parait assez peu valorisant, ou du groupe " France", ce qui l'est davantage, sans doute. Entendons nous bien : Je ne veux pas dire que la foule est idiote, aveugle et sourde. Je veux dire qu'elle souffrante, fatiguée, désespérée, humiliée, exploitée, culpabilisée, et qu'il est beaucoup plus facile, alors, de s'enthousiamer pour 11 mecs en short qui poupousse la baballe sur la nénherbe, ou pour qui va gagner "Kho lanta" que d'envisager un instant de véritablement se mobiliser pour défendre becs et ongles le peu d’héritage social dont on dispose encore. Pourtant, il me semble possible de faire cohabiter les deux, non? L'un n'exclue pas forcément l'autre, si ?

"y'en a des",  bien sûr, mais ça ne fait pas "nombre", cela ne constitue pas une force suffisante, on l'a bien vu et on l'a bien eu dans l'os depuis un an ! 
Pourtant, comme le résume si bien Ruffin, dans le quasi néant de l'océan médiatique " Ils ont les millions, mais nous sommes des millions", que diable ! 
Ruffin aime beaucoup le football ! Et le football peut être un très beau jeu (Bon, moins que le rugby, NA !) 

Mais je comprends. J'admets même. Je conçois que, dans cette gigantesque impuissance, cette incapacité à écarter un tant soit peu la tenaille du chômage décidé par les riches pour maintenir les pauvres dans la peur du lendemain qui ne chantera pas, une victoire de l'équipe "nationale", puisse constituer une manière de consolation fugace, un oubli momentané;comme une piqûre de drogue atomise dans le cerveau du drogué sa condition de drogué juste après le shoot ( qui rime avec...un hasard, sans doute!)

Oui, le peuple va descendre dans la rue. La foule sera joyeuse, les vitrines ne seront pas menacées. Les CRS seront souriants, compréhensifs, même avec Mohamed, Manolo ou Fetnat.On pourra impunément tirer des feux d'artifice, Renaud embrassera probablement encore un flic. Macron exultera, derrière sa cravate et du haut de sa tribune. Les légions d'honneur vont pleuvoir. 

Et, va savoir pourquoi, ça me contrarie.  

Pour finirl, cette caricature de myself que l'Ami Roland m'a faite, hier soir, vers 23heures, juste pour me faire enrager :

Migrants

Flash back: Donc, le 29 juin, Arrivée de DEBER et son équipage, le soir repas à la taverna avec Moustiques en accompagnement. 

Ensuite, et on l'a déjà raconté, sortie voile avec les Dourler, puis, le vent tournant au nord, on s'est rendu, tôt le matin, à Posidonio, pendant que DEBER ralliait Pythagorion, où nous les avons rejoints le lendemain, 2 juillet. Donc apéro, repas, tout ça, tout ça. 

De toute façon, j'ai pas de photos et vous vous en foutez complètement, je me demande même pourquoi je continue à faire ce site internet ! 

En revanche, j'ai pris deux ou trois photos entre Posidonio et Pythagorion. En effet, sans arrêt, tous les jours, le jour comme la nuit, les coast guards et l'armée turcs et Grecs sillonnent la zone par mer et par air:


par air ( turc)

par mer ( grec)

Sans doute est-ce lié à la "crise des migrants", qui divise si bien l'Europe ! Pour ma part, j'y ajouterai l'extrème tension entre Turquie et Grèce, tension qui ne me dit rien qui vaille. Les heurts sont nombreux, la méfiance et la rancoeur nullement éteintes, et quand on sait qu'Erdogan, qui s'apprête à en "finir avec l'héritage de l'Ataturk" pour le malheur de son pays, jadis réunifié justement par Kemal, recommence à revendiquer la propriété des îles de la mer Egée, ou, plus exactement, à clamer qu'elles ne "devraient pas être grecques", je vous dis qu'il y a bien du souci à se faire....

Korloura, sur Leipsi, avec Co-errance

Après moultes discussions, et devant le futur proche fort venté, nous prenons la décision, avec DEBER de partir rejoindre CO-ERRANCE qui nous attend de quille ferme à Leipsi. 

La nav' sera très très très agréable, comme en témoignent ces quelques images: 

De Samos à Leipsi from Les Trolliens voil'yageurs on Vimeo.

La musique, c'est "night in black Satin", des Moody blues, et je trouve que ça l'habille bien, c'te ch'tite vidéo.

C'est chouette, non? Tiens, si on enlève un "h" à Chouette, ça fait couette. Et ben,  la couette, c'est chouette aussi, je trouve, quand il fait froid. Bon là, il fait pas froid du tout du tout, du coup, la couette, c'est pas si chouette !

Comme c'est intéressant, hein ?

Ce qui l'est vraiment, ce sont les retrouvailles avec nos amis , Hélène et François, ainsi que celles entre Yamas et Javotte ( qui se sont  même foutus sur la gueule pour fêter ça ! Mais ça n'a pas duré! )

Pour ceux qui ne suivent pas, Korlouria, ça ressemble à ça, vu de notre petite plage privée, quand elle est libre:

Vous constaterez, que, même au mois de juillet, en Grèce, on peut être seuls avec un copain dans une baie pareille. De son coté, DEBER a renoncé à venir, car, parti plus tard que nous, le vent n'était plus favorable à la bonne marche du navire. 

Ballade en cata

Le 4 juillet, on abandonne Troll au mouillage, et on embarque sur Co-Errance pour aller faire le plein du cata ( et de la cambuse) au port de Leipsi. 

Sélection d'images de la ballade (et y'en a!) :

Co-Errance à Korloura
Troll au même endroit

Hélène, sur son cata, on dirait un p'tit pois au milieu d'un terrain de foot, tellement il est grand ce bateau!

Manoeuvre 1
Manoeuvre 2
Regard qui tue
Capitaine
Avec mousse
Skipper d'occasion
Passagère clandestine
Appareillage

Bon. On n'a pas mis les voiles! Y'avait pas 3 milles à faire. Mais c'était super quand même. 

A l'arrivée, on est allés à la pompe à essence. 

Nos chiens sont quasi mimetiques et ça me fait rire: 

S'aimer, c'est regarder....
...dans la même direction

Hélène a une sainte horreur qu'on la photographie. C'est dommage, parce qu'en fait, elle est super photogénique ! 

Alors, de temps à autre,  je brave l'interdit. Après, elle m'engueule, mais je m'en fous.

Un gars...
....des filles
une mob'.

La pauvre Hélène est allée faire les courses toute seule. Elle était partie avec Françoise, mais celle-ci n'a pas pu suivre. Sa hanche a refusé. 

Du coup, le Voltarène a repris du service. Depuis ça va mieux. Avec François et les chiens, on était de corvée d'eau douce et d'essence. Chacun sa croix, quoi!  ( à dire très vite, plusieurs fois, vous verrez, ça va s'emméler!) 

Deux capitaines pour un bateau

Quand on est ensemble, avec Co-Errance, François a une spécialité : La promenade des chiens : Celle de 6h30 du matin et celle de  "vers 18h". Ils sont contents les toutous (et nous aussi!) :

Embarquement
Câlin
Adieux
Vrouuuuuum !

Tentative de jeûne ( avortée) 

Le 5 Juillet, DEBER nous rejoint, et c'est reparti pour les festins en commun. 
Comme on a risqué pour la nième fois, l'apoplexie, on a tenté de quitter le groupe en catimini, et, on s'est barré en douce, le samedi 6 sur Patmos. Mais non, on n'est pas partis en douce, mais on est partis quand même !
Nav' sympa, au bon plein.
A l'arrivée, on est tout seuls au mouillage ! OUF ! On va pouvoir manger une demi-feuille de salade par jour !
On part à la plage se baigner....et, àlors qu'on n'a pas encore hissé l'annexe sur le sable,  MAYAPI pose son ancre à coté de Troll ! 
Pour la salade, c'est rapé ! 
Et le soir, rebelote, apéro Dînatoire sur Mayapi, alors qu'on n'avait pas encore digéré l'apéro dînatoire de la veille avec les copains-catas
De toute façon, CO-ERRANCE est arrivé dans le mouillage le dimanche 8. 
Alors, on a fait une pierrade avec tout le monde et basta, au grand dam de la zone nutritionniste et culpabilisatrice de mon pauvre cerveau, surchargé de lipides et de particules élémentaires d'éthylène. 
Les "chèvres orthodoxes" d'Agios Yiorgios ( photo Françoise) 

Pendant ce temps, Hélène est montée à notre mât pour remettre le bout du pavillon de courtoisie. Merci Néléne! 

Et moi, j'ai fait le plein des petits bouteilles de gaz.Par gravité, comme d'hab', mais sans me foutre la bouteille sur la gueule...

La suite un peu plus tard !Je viens de passer 20 mn à rechercher quand est ce que je me la suis foutue sur la tronche la 13kg...Et je ne retouve pas. Et comme ça m'a énervé,  et ben j'arrête ! 

De toute façon, la dose prescrite de MAJATROLLONAUTE  est atteinte. 

Ouf, c'est fini !


En préambule de cette mise à jour, qui va reprendre la chronologie de ces derniers jours, j'aimerais revenir sur le seul événement marquant des ces derniers jours. et proclamer: Ouf, c'est fini ! 
Depuis le temps que ça nous prenait la tête, que ça nous obsédait...
Il faut bien l'avouer:  ça commençait à bien faire ! 
Depuis une semaine, c'était dans toutes nos conversations.
Même la nuit, ça nous tenait éveillés, alors on rallumait le PC pour savoir où ça en était ! 
Ca finissait par être agaçant, tellement ça prenait de place ! Certains d'entre nous ne parlait plus que de ça, en bien ou en mal; souvent en mal, il faut bien le reconnaitre, notamment sur Troll. 
Et puis, enfin, c'est fini, dans une magistrale déferlante emportant tout sur son passage. 

Maintenant, après la joie du soulagement, le soufflet retombe un peu.
 On est un peu déprimés, car ce n'est plus là pour nous changer les idées. 
On ne peut plus même plus s'engueuler à son sujet maintenant que c'est fini! 
Et, sur les ponts de nos bateaux, on reste un peu hébétés, écrasés, alanguis, désemparés, cuits. 
En fait, cela commence même à nous manquer! 
On est jamais contents, quoi !  

Post scriptum : Dans ces quelques lignes, je parlais, évidemment,  de ce vent venu du nord-ouest qui n'a cessé de nous harceler depuis une huitaine, puis du soleil ardent et brulant qui l'a remplacé. 
De quoi d'autre pourrais-je donc vous parler ? 

Piège à potes

Donc, à Ormos Grikou, là où mouilla la grosse bébête de la Hune....dont voici d'autres images, où vous découvrirez l'échelle du machin, grâce à la présence des deux pakistanais qui épongent l'insupportable rosée du matin souillant l'"immenculé" pont carbone du bidule...(photos Gilbert):

Je reprends: Donc là où mouilla gna gna gna,... avec ce satané vent nous bloquitent ! Pardon? Oui je sais, "bloquitent", ça n'existe pas. Et alors ? Les ultras libéraux inventent bien des mots sans arrêt pour dissimuler la vérité du vrai but de leurs "indispensables, modernes et novatrices réformes", je peux bien inventer des mots pour vous faire marrer, non ?

Et puis, arrêtez de m'intérrompre sans arrêt, c'est pénible !  C'est i-trolliens! 

Tiens, puisqu'on...enfin, que je... parle de mots et de nov'langue, voir et revoir , si cela vous chante, ces deux extraits des "conférences gesticulées"  de l'excellent Franck Lepage : La presque célèbre  langue de bois et la délicieuse, mais moins connue  La Hiérarchie

Regardez-les et la prochaine fois que vous verrez le journal "télé visée", repensez donc à Frank Lepage dont je citerai, pour terminer sur le sujet, dont je me demande bien pourquoi je vous en parle dans un paragraphe consacré au "piège à potes d'ormos Grikou" cette petite citation: " J'ai un copain qui a été "décruté" par sa boite !"   (en interview sur Arte)

C'est sûr que c'est mieux que d'être viré comme un malpropre.

Pouf, pouf. 

Ma copine Hélène m'a dit, l'autre jour, " ce qui m'emmerde, sur ton site, c'est les portraits des gens qu'on connait pas ! ça n'interesse  personne, en dehors des gens qui se reconnaissent! ". C'est pas faux, comme le disait si justement Perceval dans Kaamelott. 

Le problème c'est que, qui dit "vent violent et constant" dit "personne ne part du mouillage et personne n'arrive!". Du coup,  on n'explore rien et on reste entre soi. Alors, le "piège à potes" se referme et, à part boire des coups, se goinfrer comme des gorets et refaire le monde sans succès, que voulez vous faire ? Du coup, galerie de portraits, ma pauvre Hélène, seul horizon photographiable par mon Nikon cette dernière semaine écoulée. Les photos ont été faites par Françoise. Moi, je n'y suis pour rien et je décline, en conséquence, toute responsabilité :


Hélène qui va me tuer du'un seul regard qui tue


Gilbert, qui va m'assassiner de son beau regard vague


Moi, qui smen fout et qui provoque, tant qu'à faire


Patricia, qui en rigole,  parce que c'est pas tous les jours qu'on rigole


François qui pense que " a quoi bon, de toute façon, on va tous mourir! "


Gérard, qui sait que bientôt il va falloir rentrer en Macronie, mais en vainqueur!


Encore Gilbert, avec une bonne tête de vainqueur


Françoise, qui, pour ne pas être reconnue, enfile une tête de bite


Les toutous, qui définitevement, sont bien contents de n'être que des toutous


Alors Hélène, elle est pas bien ma galerie de portraits ? Moi, je suis persuadé que ça va en faire marrer deux ou trois..... qui vous connaissent..ou pas !

Bon, l'accalmie est venue. Pendant quelques heures et puis ça a recommencé: du vent, des bourrasques, des rafales et tout le toutim. mais ça a suffit pour que DEBER retourne à Samos pour mettre Gérard dans  l'avion, pour qu'on parte faire "retraite et jeûne" au mouillage nord de Samos, et pour que CO-ERRANCE  vogue , à son tour, pour Samos, pour continuer à boire des coups avec DEBER parce qu'ils n'ont pas besoin de jeûner, eux. Faut dire, ils sont encore "jeûnes", eux.... Quoique! 

Et pour finir cette inintéressante mise à jour dans laquelle je pris quand même quelque plaisir à la rédaction, quelques toutes petites images de la belle lumière du couchant à Ormos Grikou avec des bateaux et des gens qu'on connait pas :


Une barcasse sans intérêt

Un rocher avec des gonzesses


Un ciel à la con


Des bateaux devant le rocher

Je n'ai même pas la moindre caricature de Roland ( il doit être en grêve!) pour finir la mise à jour.

 Alors, soyons classiques, non, pardon, soyons "novateurs et efficients dans le cadre de notre grand  projet managérial  et réformateur de retourner à l'accueil"